Nox

Nox

 

Située dans la région extrême-orientale de Valoran, la cité-état de Nox est, à plus d’un titre, l’antithèse de Demacia. Dans cette région, les forts et les puissants cherchent à obtenir le pouvoir par tous les moyens et quelles que soient les conséquences pour les autres. Les citoyens de Nox acceptent généralement bien cette idée et ils considèrent la bienveillance et la compassion comme des signes de faiblesse. La force appelle la force, voilà le fond commun de la philosophie des gens de Nox. Mais tant de cruauté et d’égoïsme exacerbé ne riment pas pour autant avec désordre et indiscipline. Comme dans toute cité organisée, il est naturel et nécessaire pour les êtres humains que certaines règles soient établies et respectées pour qu’il soit possible aux Noxiens de vivre ensemble sans s’étriper... du moins, sans s’étriper mutuellement. À Nox, toutefois, ceux qui ont le pouvoir sont nettement mieux protégés par la loi que ceux qui ne l’ont pas.

Le gouvernement de Nox est entre les mains du Haut commandement de Nox, qui est également à la tête des forces armées de la cité. Les militaires contrôlent à vrai dire tous les aspects de la vie politique à Nox et il n’y a aucune séparation entre l’armée et le pouvoir politique. Le général Boram Darkwill, au visage éternellement jeune, est à la tête de Nox et du Haut commandement de Nox depuis d’innombrables années. Le général Darkwill a vécu bien plus longtemps que ne peut l’espérer un être humain normal, et l’on rapporte que de sombres magies nécromanciennes le gardent en vie. Tirer une telle conclusion ne semble pas dépourvue de sens, d’autant qu’il règne sur le Haut commandement de Nox depuis bien avant l’avènement du roi Jarvan I de Demacia. Sa soif inextinguible de pouvoir et de conquête ont fait de Nox une menace prégnante pour toutes les cités voisines.

Alors que les autres cités humaines ont tendance à intégrer facilement les races non-humaines, les Noxiens font montre d’une profonde xénophobie. Les non-humains sont, au mieux, misérablement cantonnés dans les faubourgs. Il y a bien entendu des exceptions à cette règle, mais il faut pour cela que les non-humains concernés aient fait leurs preuves, en se montrant particulièrement utiles ou terrifiants (voire les deux). Les humains de passage ou qui veulent devenir citoyens de Nox ne sont guère mieux lotis et ils devront eux aussi démontrer leurs talents ou inspirer la terreur pour qu’on leur accorde un tant soit peu de considération.

Le service militaire est bien entendu obligatoire à Nox, pour une durée de six ans, et tous les citoyens sont ensuite versés dans la réserve jusqu’à parvenir à un âge avancé. Le Haut commandement de Nox peut également rappeler sous les drapeaux tout citoyen, quel que soit son âge, en cas de nécessité. Les militaires d’active bénéficient à Nox d’un prestige considérable et il n’est pas rare que les citoyens restent dans l’armée pendant plus de dix ans. Il faut dire que l’armée de Nox ne reste guère au repos, et ce malgré la paix précaire qui existe entre Nox et sa rivale de toujours, Demacia.

Le Haut commandement de Nox a fait le choix de ne pas s’opposer à la formation de la League of Legends, et se montre même un avide supporter de ses activités. Il était évident à l’époque que Nox ne pourrait pas s’opposer à la création de la ligue, car la très grande majorité des peuples de Valoran soutenait l'idée de mettre fin aux conflits d’envergures et Nox n’eut d’autre choix que de suivre le mouvement pour ne pas s’isoler totalement. En soutenant la formation de la ligue, Nox visait deux objectifs. Tout d’abord, cela provoquerait un état de paix forcée entre Nox et Demacia. Ainsi, Nox pourrait tourner ses efforts de conquête vers d’autres horizons ; même si la liste des conquêtes de Nox depuis la formation de la ligue est tout sauf impressionnante. En deuxième lieu, Nox pourrait concentrer ses considérables talents magiques lors des affrontements de la ligue, et y glaner des victoires d’importance contre Demacia. Et ainsi, la guerre éternelle avec Demacia est toujours... éternelle. Mais le conflit entre Nox et Demacia s’est principalement déplacé vers les Champs de justice, où il coûte bien moins cher en hommes et en matériels. Si son ennemi mortel a ainsi pu souffler un peu, Nox a largement profité de ce répit, n’ayant plus au-dessus de la tête l’épée de Damoclès que représentait l’armée de Demacia.

Nox ressemble à ses habitants : elle est sinistre et sombre. Les fondations de la cité sont enracinées dans une montagne de granit et une bonne partie de la cité a été creusée sous la terre. Les bâtiments sont construits sur et dans la montagne elle-même. Une gigantesque douve a été creusée et remplie d’un bouillon de sorcière, fait de liquides aussi nauséabonds que dangereux, qui encercle la cité ; cette douve interdit tout accès à Nox, si ce n’est à quelques points stratégiques fort bien gardés. Au sommet de la montagne de granit se trouve le quartier général du Haut commandement de Nox ; vu de loin, le bâtiment rappelle la forme d’un crâne humain. Au-delà des gigantesques murailles de la cité vivent les Noxiens trop pauvres (ou trop chanceux, selon le point de vue) pour vivre dans l’enceinte elle-même.

Le niveau souterrain de Nox est à peu près aussi important que le niveau à la surface et comprend de nombreuses échoppes, tavernes et résidences, pour former le poumon économique de la terrifiante cité-état. Nox peut se targuer de compter le plus grand réseau de donjons de tout Runeterra, et de nombreux nobles de Nox revendiquent la propriété de tel ou tel labyrinthe ou de telle ou telle salle souterraine.

Demacia

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de League of Legends ?

409 aiment, 103 pas.
Note moyenne : (533 évaluations | 32 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

1470 joliens y jouent, 1953 y ont joué.